Jean-Baptiste Coffinhal, un gauchiste avant l’heure !

Pierre-André dit Jean-Baptiste Coffinhal, né à Vic-sur-Cère, en Auvergne, le 7 novembre 1762, guillotiné à Paris le 18 thermidor an II (6 août 1794), est un révolutionnaire français.

Clerc de procureur, il devient juge, puis vice-président au Tribunal révolutionnaire où il se fit remarquer par son humour glacial et ses réparties, comme celle faite à propos de Lavoisier: «La République n’a pas besoin de savants !».

Par ailleurs, il fut élu et siégea au Conseil général de la Commune de Paris.

Jeunesse

Piere-André Coffinhal de son vrai nom, était le plus jeune des six fils d’Annet-Joseph Coffinhal (1705-1767), un avocat au bailliage de Vic-en-Carladez, et de Françoise Dunoyer.

Deux de ses frères aînés, Jean-Baptiste et Joseph, étudient la jurisprudence. L’aîné succéda à son père comme avocat au bailliage et racheta d’important biens nationaux vendus au tribunal criminel où siégeait son frère pendant la Révolution. Ce dernier, qui était un ami de Pierre Hébrard, devint ensuite conseiller la Cour de cassation, puis Baron de l’Empire, sous le nom de Baron Dunoyer et Conseiller d’État. En effet, ils avaient tous deux obtenu, la permission de changer de nom pour prendre celui de leur mère, afin de ne plus porter celui de Coffinhal déshonoré par la conduite de leur frère.

Il commença par entreprendre des études de médecine comme son autre frère aîné Pierre Coffinhal (1747), mais abandonna très vite. Il se rendit à Paris où il trouva une place de clerc de procureur.

Juge au tribunal révolutionnaire

Il s’enthousiasme pour la Révolution, prend une part active à l’agitation politique qui secoue la capitale, mais sans succès. Pendant les trois premières années, il ne fit qu’ « agiter la poussière des clubs » selon les mots de Mirabeau. Il remplit les fonctions de commissaire de police dans sa section. Il participe à la prise des Tuileries lors de la journée du 10 août 1792. Peu de temps après il est nommé juge au tribunal criminel extraordinaire (dit du 17 août 1792).

Lors de la création du Tribunal révolutionnaire, le 10 mars 1793, il est nommé juge et devient l’ami de Fouquier-Tinville. Il semble avoir apprécié les divertissements. De temps en temps, on pouvait l’apercevoir, dans le quartier du Palais-Royal à des heures tardives, profitant agréablement de la vie.  Un jour,  Jean-Baptiste Coffinhal  avec Fouquier-Tinville, le fils de ce dernier, et un des jurés du tribunal et menés au poste dans un état d’ivresse très avancée. Jean-Baptiste Coffinhal, était selon les témoignages dans un état d’excitation extrême. Ils refusèrent de montrer leurs cartes civiques à une patrouille.

Toujours selon les témoignages de ses contemporains, Jean-Baptiste Coffinhal appréciait les bons vins, sa cave si l’on se réfère à l’inventaire dressé après son exécution, était bien approvisionnée (237 bouteilles pleines, 300 vides, plus une feuillette pleine, soit 225 litres de vin en fût).

Sa carrière de juge prit de l’importance lors du procès de Jacques-René Hébert et des Hébertistes. Il fut chargé avec d’autres juges de l’instruction du procès et de rédiger un journal du procès. En collaboration avec trois autres collègues, son travail ne reflète guère la réalité des débats. En 1795, sous la Convention thermidorienne, la découverte des documents concernant l’instruction des divers procès qu’il eût à charge d’instruire révèle maintes suppressions et des « rectifications » faites par Jean-Baptiste Coffinhal. Lors du procès des parlementaires, il se fit également remarquer par sa sévérité et sa malhonnêteté.

Remplaçant René-François Dumas, il présida les audiences du procès des fermiers généraux parmi lesquels se trouvait Antoine Lavoisier. Il y eut beaucoup de discussions sur la réalité de la célèbre phrase «La République n’a pas besoin de savants ni de chimistes» que Jean-Baptiste Coffinhal aurait adressée à Lavoisier.  (Mais selon une autre source Quand Lavoisier lui demande un sursit pour achever ses travaux de recherche, Cofinhal lui répond « La République n’a pas besoin de savants« ). Selon les témoignages de son époque, Jean-Baptiste Coffinhal apparaissait comme un homme impitoyable dans l’exercice de ses fonctions, pratiquant un humour macabre et cynique[1]. Le 10 juin 1794, on élimine les mauvais éléments du tribunal révolutionnaire, à cette occasion Jean-Baptiste Coffinhal est nommé premier des trois vice-présidents.

Le 9 thermidor et la fuite

Lors de la chute de Maximilien de Robespierre, Jean-Baptiste Coffinhal eut une attitude hésitante. Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), Jean-Baptiste Coffinhal, réfugié à l’Hôtel de Ville avec Maximilien de Robespierre et ses partisans, parvient à prendre la fuite, il longe les berges de la Seine et gagne l’île des Cygnes, non loin du quai de Grenelle où des bateliers cantaliens le cachent. Jean-Baptiste Coffinhal demeure caché du 28 juillet au 5 août 1794. Hésitant à regagner son domicile, il frappe à la porte de sa maîtresse, Mme Nègre, résidant rue Montorgueil. Celle-ci refuse de l’héberger. Errant sans but dans les rues de Paris, Jean-Baptiste Coffinhal fait la rencontre d’une personne qui lui devait encore de l’argent. Cet homme accepte de le cacher et l’incite à entrer dans sa demeure puis se précipite à la police pour le dénoncer. Jean-Baptiste Coffinhal est incarcéré à la Conciergerie vers deux heures du matin. Son voisin de cellule, Fouquier-Tinville l’entendit hurler jusqu’au petit matin, accablant de reproches François Hanriot et les autres conjurés. Il est condamné à mort sur simple vérification de son identité par le tribunal criminel du département[n 3]. Dans la charrette qu’il le transporte de la Conciergerie à la place de Grève, il est seul, debout, la tête haute, de temps à autre il regardait la foule avec indifférence. Celle-ci lui lançait des injures sarcastiques, lui renvoyant les sinistres plaisanteries dont il accablait les accusés. Il gravit les marches qui le menaient à la guillotine d’un pas décidé, sans prononcer un mot, il offrit son cou à Charles-Henri Sanson.

 

Profil :

Fils de bourge, peu doué, agitateur professionnel et de nature agitée, froid, dénué d’empathie, gravit les échellons par cooptation et non par le mérite, refus d’appliquer à lui-même la loi du système qu’il soutien (faites ce que je dis , mais pas ce que je fais), débauché, profiteur, falsificateur, malhonnête et finalement trahis et exécuté par les siens. On doit néanmoins lui octroyer un certain courage face à la mort.

Rien à changé aujourd’hui.

Comme Jacouille la fripouille dans les Visiteurs, Jean-Baptiste Cofinhac aurait été « à l’aise comme un poisson dans l’eau » en ce début de XXIe siècle, comme tant d’autres éternels étudiants à tignasse trainant la savatte dans les Facs,  plus habiles à dresser des barricades qu’à l’étude, haineux de tout ce qui est beau et digne, enclin à la paranoïa, voyant la menace fachiste partout, ayant pour seul argument la mauvaise foi, n’hésitant pas à mentir « pour la cause », faisant l’éloge de la paresse, idéalisant ceux qui sont loin ce qui l’exempte d’aimer son voisin, il se serait fait appeler Kofi pour faire plus…Ethnic, faux révolutionnaire et vrai collabo, idiot utile du système, voici un portrait non exhaustif du JB Cofinhac des temps modernes.

 

Bibliographie

Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1987,1998

Notes

  1. L’Intermédiaire des chercheurs et curieux narra cet incident. Jean-Baptiste Coffinhal et ses trois amis furent arrêtés dans un état d’ivresse très avancée. Jean-Baptiste Coffinhal, était selon les témoignages dans un état d’excitation extrême. Toujours selon les témoignages de ses contemporains, Jean-Baptiste Coffinhal appréciait les bons vins, sa cave si l’on se réfère à l’inventaire dressé après son exécution, était bien approvisionnée (237 bouteilles pleines, 300 vides, plus une feuillette pleine, soit 225 litres de vin en fût).
  2. Déposition du juge Féral à la date du 9 vendémiaire an III (30 septembre 1794).
  3. Le Tribunal révolutionnaire où avait siégé Jean-Baptiste Coffihal était provisoirement suspendu.

Source Wikipedia.

Cet article, publié dans Histoire, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jean-Baptiste Coffinhal, un gauchiste avant l’heure !

  1. Ping : La République contre les artistes ! | conseil dans l'espérance du roi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s