Réponse à un correspondant : Race et culture

Je ne comprends pas le sens de votre phrase ; « Les caractères mondains de l’ethnie étant appelés à être transformés, si ce n’est à disparaître, puis à renaître sous une nouvelle forme, pragmatiquement l’aspect civilisationnel, reposant sur
une racine commune, semble mieux indiquer. »

Sauf erreur de compréhension de ma part, pensez-vous que d’un point de vue génétique les européens vont être transformés ?
Certes, il y a de quoi être pessimiste lorsque l’on voit les mélanges actuels. Cependant, je crois personnellement que l’âme est étroitement liée au corps physique, ainsi que le montre Evola présentant qu’il existe une race du corps,
et que celle-ci est liée à la race de l’âme et de l’esprit. Cela implique que si une éthnie disparait ou est supplantée par une autre, sa culture disparait rapidement après elle ou bien ne subsiste plus qu’a l’état de folklore vide pour touristes d’où les fondements sont perdus. Une modification  des gènes au niveau de l’éthnie modifie imperceptiblement la culture. Et je précise imperceptiblement car les métis légers (issus d’éthnies voisines) (Métissage des mots « mauvais et tissés » rapellons-le) ne sentent pas cette différence. Par exemple, les Portugais ou bien les Espagnols bien insérées dans la société française grâce à des valeurs partagées et une culture proche, ont modifié non seulement la race du corps, mais aussi la race de l’esprit des Français qui est d’essence celto germanique à la base, et non latino hispanique (deux esprits ou univers mentaux déjà différents). Cette transformation s’est opérée de manière peut perceptible de part la proximité raciale et culturelle de ces autres Européens, même si l’observateur peut voir une raréfaction de ce que nous appelions autrefois « nos chères têtes blondes » en parlant de nos enfants. Ce métissage affecte donc aussi l’esprit et l’âme.

Je ne m’attarde même pas sur les conséquences désastreuses pour les hommes et la culture du métissage inter-racial. Cela fera l’objet d’une autre reflexion.

Pour résumer, il ne peut pas y avoir de résurgence européenne sans Européens de souche. Sinon ce sera un « ersatz de culture bon marché ». Notre époque a beaucoup négligé le facteur racial pour ne pas dire qu’elle l’a complétement occulté par idéologie égalitariste. Cependant, les découvertes génétiques actuelles jètent une lumière nouvelle sur les races et il semble que de plus en plus de voix s’élèvent parmi les chercheurs pour avertir que la négation de ces différences sont hautement préjudiciable à nos sociétés. Je précise que, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, nos ancêtres avaient déjà tout compris et tout présentis. Ce que nous ne sommes plus capables de voir simplement et sans à priori, il nous faut donc le rédécouvrir avec la lunette grossissante de la science.
Comme si, l’homme européen moderne, le citadin dénaturé dont les sens se sont atrophiés par un détachement toujours plus grand entre lui et la nature, était devenu myope et insensible.

Cet article, publié dans Raciologie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s