Mafia juive

Alors que les associations juives (CICAD, LICRA) se déchainent à Paris comme à Genève pour dénoncer l’antisémitisme des affiches du livre d’Hervé Ryssen intitulé « La mafia juive », le site  Bakchich déterre un cable diplomatique explosif provenant de l’ambassade des Etats-Unis à Tel Aviv qui confirme l’exactitude des écrits de Ryssen.

Pourquoi les Juifs ne supportent aucune critique à leur égard ? Pourquoi s’agitent-t-il avec une telle hystérie lorsqu’un Goy (un non Juif) dénonce les pratique peu louables d’une partie de leur congénère ?

La raison est, à mon avis, qu’il leur faut absolument « tuer le poussin dans l’œuf ». Parce que si l’on commençait à s’intéresser de plus prêt aux agissements d’une partie de la communauté, on découvrirait le « pot aux aux rose », c’est-à-dire, l’ampleur, à l’échelle mondiale et à travers l’histoire, de leurs trafics en tout genres, de leurs mensonges et magouilles et de leurs crimes. C’est bien pour cela qu’ils ont fait édifier des lois qui musellent la liberté d’expression. Comme cela, toutes tentatives d’information, de dénonciation de leurs forfaitures sont qualifiées d’antisémites, immédiatement étouffées et leur auteurs condamnés à de lourdes peines d’amendes pour les dissuader de recommencer.

Voici, en grande partie, traduit ce câble diplomatique. Rappelons encore une fois qu’il n’a pas été écris par un vilain antisémite, mais par un membre de la diplomatie américaine qui décrit des faits ici et non ses fantasmes. Sous réserve de quelques fautes de traduction en voici la teneur :

Israel, une Terre Promise pour le crime organisé ?

Le crime Organisé (OC) a des racines anciennes et profondes en Israël, mais
Ces dernières années il y a eu une large augmentation dans la portée et
l’impact de ces réseaux. Dans la recherche d’établir leur supériorité dans
des affaires lucratives tel que le trafic de narcotiques et la prostitution, les groupes criminels israéliens ont démontré leur capacité et leur volonté de s’engager dans de violentes attaques entre elles en dépit de témoins innocents.
La Police nationale israélienne (INP) et les tribunaux se sont engagés dans une
campagne vigoureuse contre les leaders du crime organisé, comprenant la création d’une
nouvelle unité Anti-OC (maffia est ici remplacé par crime organisé) spécialisée, mais ils restent incapables de faire face à la portée internationale du problème. le crime organisé en Israël a maintenant une étendue mondiale, avec un impact direct aux États-Unis.

Contexte :

L’activité criminelle organisée n’est pas un nouveau phénomène en
Israël et les familles majeures du crime sont bien connues du public israélien.
(Les Alperons sont même apparus dans une récente émission de TV réalité).

Cinq ou six familles du crime ont traditionnellement dominé
le crime organisé en Israël, bien que les noms et le maquillage de ces syndicats aient
Fluctué ces dernières années. Les Abergil, Abutbul, Alperon et
Rosenstein sont parmi les organisations les mieux connu, mais récemment
des arrestations et des assassinats ont créé un vide de pouvoir.
De nouveaux noms comme Mulner, Shirazi, Cohen et Domrani sont apparus rapidement pour combler le vide. D’autres groupes dirigés par les familles
Harari, Ohana et Kdoshim émergent dans la pègre. Il y a aussi un certain nombre de
Familles rivales actives dans le Milieu de secteur arabe d’Israël.

Les activités Traditionnelles du crime organisé en Israël incluent
les casinos clandestins, les réseaux de prostitution, l’extorsion et prêt
de fonds, dans lesquels chaque famille contrôlent un territoire. La famille Alperon, par exemple, domine la région de Sharon, tandis que la famille Abutbul est basée dans la ville côtière de Netanya. L’objectif est l’argent facile garanti par lune utilisation limitée de la violence. Leurs activités criminelles dans les activités du recyclage, par exemple, a été bien couverte dans la Presse. OC

Les familles volent des bouteilles dans des bennes de recyclage municipales et dans les restaurants, avant de les retourner dans les centres de ramassage empochant deux fois les consignes et des millions de profits.

Malgré les renforcement des lois ces dernières années, les règles du jeu ont changé. D’après Xxxxx, l’ancienne école du crime organisé israélien a laissé sa place à génération de criminels plus violents.

Le milieu du crime dispose aujourd’hui d’explosifs de haute technologie provenant des forces armées israéliennes et n’hésitent pas à recourir à la violence aveugle, au moins contre les membres des gangs rivaux. Le nouveau business du CO s’étend aussi sur les marchés financiers de la bourse et la fraude à la carte bancaire à une échelle mondiale.

Tout comme la portée du CO israélien, les intérêts en jeu ont aussi grandit. Les familles du crime travaillent plus loin de la maison et exportent la violence à l’étranger.

Les ramifications du CO israélien se sont étendues dans le contrôle des franchises de casinos en Europe de l’Est. La famille Abutbul a commencé le trafic des jeux en Roumanie il y a plus d’une décennie et détient maintenant le réseau des Casinos Royal dans toute l’Europe. En 2002, les gangs israéliens se sont livrés à une guerre de gang en Europe après la morts de deux de leur chef, Yaakob Abergil et Felix Abutbul furent assassinés en deux mois. Abutbul fut abattu devant son casino à Prague dans une démonstration de force par le clan Abergil qui tentait de prendre le marché des casinos en Europe.

Le CO israélien joue maintenant un rôle significatif dans le trafic de drogue international approvisionnant à la fois le marché local des consommateurs et Israël servant d’importante plaque tournante de la drogue vers l’Europe et les USA. En 2004, Zeev Rosenstein a été arrêté en Israël pour la possession de 700,000 comprimés d’Extasy dans son appartement de New York, destiné au marché américain. Il a été finalement extradé vers les Etats-Unis en 2006 où il purge actuellement une peine de 12 ans de prison.

D’autres figures de la criminalité, Meir Abergil et Israël Ozifa, font aussi face
à une menace d’extradition sur des charges qui incluent la contrebande 100,000
comprimés(Tablettes) d’Extasy aux États-Unis.

La prostitution s’est aussi étendu au-delà du simple bordel local. En mars 2009, la Police national israélienne (INP) a arrêté douze suspects dans ce qui serait jusqu’à présent le plus grand réseau de trafic d’êtres humains dirigé par des Israéliens. Le chef du cercle mafieux Rami Saban et ses associés sont accusés de trafic de milliers de femmes de l’ancienne Union Soviétique contraintes à la prostitution en Israël, en Chypre, en Belgique et en Grande-Bretagne. Des femmes ont aussi été envoyé en Égypte via la frontière du Sinaï et vendues à des Bédouins….

Des milliers de serviteurs armés restent actifs dans les rues malgré les opérations contre le crime organisé mené par la police. un indicateur estime à 2000 le nombre de personnes qui ont assisté aux funérailles très publiques d’Alperon et exprime sont scepticisme de voir enraillé les activités mafieuses sans une pression constante sur celles-ci. Il note que beaucoup de leaders du crime restent actifs en prison et que leurs opérations ne sont pas gênées significativement même quand ils sont reconnus coupables et emprisonnés.

En décembre 2008, l’ancien premier ministre Olmert admettait que les efforts pour combattre les OC ont été depuis longtemps dilués dans de trop nombreuses agences et que leur équipement technologique était relégué loin derrière celui alloué aux services du contre-terrorisme. Il n’est pas entièrement clair dans quelle mesure des éléments des OC  ont pénétré l’établissement israélien et corrompus les fonctionnaires. L’INP insiste que de tels cas sont rares, malgré les révélations occasionnelles de policiers corrompus dans la presse. Néanmoins, il y a eu plusieurs révélations spectaculaires ces dernières années
qui indiquent un problème en croissance. En 2004, le ministre Gonen Segev a été arrêté pour contrebande de milliers de pilules d’Extasy en Israël, cas qui a produit une considérable évidence de son activité dans le crime organisé. L’élection de Inbal Gavrieli à la Knesset en 2003 comme membre du Likud a fait apparaitre l’influence du CO au sein du comité central du Parti. Gavrieli est la fille d’un des patrons présumé du CO et elle essaya d’utiliser son immunité parlementaire pour bloquer les enquêtes concernant les « affaires » de son père. (Gavrieli n’est plus membre de la Knesset). En avril 2009, des politicards et des figures du CO se sont rendu aux funérailles d’un activiste du Likud, Shlomi Oz, qui fut emprisonné un temps pour extorsion de fonds pour le compte de la famille Alperon. Parmi ceux qui assistait aux obsèques figurait Omri Sharon, les fils d’Ariel du même nom, qui a été reconnu coupable en 2006 de levée de fonds illégale sans relation avec la mafia.

Malgré des lois votées en 2003 qui condamnent jusqu’à 10 ans de prison les chefs reconnus de gangs maffieux et à 3 ans pour leurs hommes de main, les juges et les avocats, ont été lent à les appliquer et sont gênés par un manque de moyens et par la réticence à appliqué de telles sentences.

Les origines géographiques diverses mais principalement d’Afrique du Nord et d’Europe de l’Est de la population israélienne fournit aux OC un terrain d’action considérable. de nombreux Israéliens détiennent des passeports étrangers qui leur permettent de voyager librement à travers l’Europe et la plupart d’entre bénéficient d’une exemption de visa pour les Etats-Unis. Environ un million de Russes ont émigré vers Israël après la dissolution de l’Union Soviétique et les citoyens (Juifs)Russes n’ont plus besoin de visa pour entrer en Israël. Beaucoup d’oligarches russes d’origine juive et de juifs membres d’organisations criminelles ont reçu la citoyenneté israélienne ou au moins maintiennent une résidence dans le pays. Alors que la majorité des familles du CO sont natives d’Israël, les stéréotypes faisant des émigrés « russes » des truands est largement surévaluée, il est routinier que les familles indigènes emploient les « muscles » russes.

L’appât du gain sert de grand unificateur aux diverses groupes ethniques d’Israël. Selon Xxxxx, des groupes de juifs hassidiques basés à Amsterdam impliqués dans le trafic de drogue international en lien avec les OC israéliennes. Criminels Arabes et Juifs israéliens  collaborent sans problèmes et forment des alliances pour étendre leur contrôle sur les activités lucratives de la drogue, du vol de voitures et du racket. même les frontières fermée et hostiles posent peu de problèmes aux OC. selon la police israélienne, 48% de la l’héroïne saisit en 2008 a été interceptée à la frontière libanaise, 37% à la frontière jordanienne et 12% à la frontière égyptienne.

Les OC israéliennes opèrent librement aux Etats-Unis.

Etant donné le volume des échanges commerciaux et humains entre Israël et les USA, il n’est pas étonnant que les OC israéliennes aient pris pied en Amérique. au cours de la dernière décade, les médias ont détaillé un certain nombre d’affaires très en vue, impliquant des OC israéliennes allant du trafic de stupéfiant à grande échelle au meurtre. L’enquête en cours menée par le Grand Jury du District Central de Californie contre la famille Abergil contre laquelle un cas de conspiration (RICO) a été initié en décembre 2007, démontre clairement la véritable étendu de ces activités criminelles. Les enquêteurs ont confondu Yitzhak Abergil et son réseau entier pour des crimes « de détournement, extorsion, enlèvement et blanchiment d’argent. « Yitzhak Abergil est actuellement en état d’arrestation en Israël et doit faire face à une demande d’extradition pour meurtre d’un autre membre d’une OC, Sami Attias sur le territoire américain.

16 familles et 78 personnes qui sont au centre d’OC israéliennes aux USA ont été identifiées. La section consulaire à révoqué plusieurs visas parmi les individus qui ont été condamnés pour crimes en Israël, mais beaucoup des éminentes figures des OC israéliennes n’ont pas de condamnations majeures à leur actif et donc aucune restriction de visas. ils peuvent donc voyager librement.

NDLR : Avec ce scoop venant de l’ambassade américaine à Tel Aviv (merci à Wikileak et à Julian Assange), nous avons donc la preuve que la mafia juive existe et que le livre rédigé par Hervé Ryssen est juste.

Ce rapport « secret » confirme également qu’Israël constitue une base arrière pour les activités de la mafia juive. En effet, les bandits juifs, petits ou grands peuvent à tout moment se réfugier dans ce pays qui son hospitalité même aux truands, pourvu qu’ils soient Juifs.

Lien Wikileaks ; http://213.251.145.96/cable/2009/05/09TELAVIV1098.html


Cet article, publié dans Mafia, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s