Ouverture d’une enquête après les allégations de Luc Ferry

Après DSK, qui va tomber ?

Les rats commencent à s’entre-dévorer. Les hyènes se déchirent entre-elles. C’est bon signe. C’est le signe que la grande famille politique des « Un pour tous et tous pourris » chère à Coluche, est en train de tomber. Le mur du silence se fissure. C’est la Berezina qui pointe au loin ; le début de la fin. Un jour il faudra payer.

PARIS (Reuters) – Le parquet de Paris a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête préliminaire sur les allégations de Luc Ferry, qui a accusé sans le nommer un ancien ministre de pédophilie, provoquant un tollé en France.

La brigade de protection des mineurs devra entendre Luc Ferry, lui-même ancien ministre, et « lui faire préciser ses allégations », a précisé la porte-parole du parquet.

Luc Ferry n’a pas paru ému par les critiques.

« Je suis ravi d’avoir jeté ce pavé dans la mare », a-t-il déclaré mercredi sur I>Télé.

Ses propos ont conduit plusieurs personnalités politiques à lui demander mercredi de s’expliquer et de saisir la justice.

La polémique est née d’une intervention lundi soir sur Canal+ de l’ancien ministre de l’Education, qui a assuré tenir ses informations « des plus hautes autorités de l’Etat ».

« Si M. Luc Ferry a la preuve qu’il y a eu un comportement délictueux ou criminel (…), que M. Ferry saisisse la justice », a réagi le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

« Si on a la conviction qu’il y a eu un délit, voire un crime, on saisit la justice et on ne va pas simplement bavasser dans la presse », a ajouté le numéro deux du gouvernement sur France Culture.

Une position partagée par le porte-parole du gouvernement, François Baroin, qui a jugé « surprenants » les propos de l’ancien ministre de l’Education.

« Soit il est détenteur (…) d’informations qui s’appuient sur des faits et dans ce cas-là il a le devoir de saisir la justice », a expliqué le porte-parole lors du compte rendu du conseil des ministres.

« Soit il rapporte des propos qu’il a entendus dans un fond de couloir et, dans ce cas-là, il n’est plus un philosophe de la rumeur mais il en devient un acteur essentiel. »

François Baroin a aussi estimé que « procéder par amalgame et confusion » c’était « nourrir une forme de dictature de la rumeur (…) menaçante pour les libertés fondamentales ».

UN SUJET SENSIBLE

L’ancienne ministre de la Justice Rachida Dati a pour sa part accusé Luc Ferry de « non-dénonciation d’un crime ».

Cet article, publié dans Ripoublique bananière, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s