Disparition des abeilles/USA Quatre nouveaux virus détectés posent questions

Un(e) lecteurs(trice), Winny, nous transmet ce lien :

Publié le mercredi 08 juin 2011 – 13h33 sur « La France agricole.fr »

Des scientifiques californiens ont identifié quatre nouveaux virus chez des abeilles élevées dans des ruches saines aux États-Unis, une découverte qui pourrait apporter un nouvel éclairage sur la disparition mystérieuse de ces précieux insectes à travers le monde.

L’étude qui a duré dix mois a porté sur une vingtaine de colonies d’abeilles d’élevage aux États-Unis.

Toutes les abeilles étaient des porteuses saines que l’on avait déplacées à travers le pays pour polliniser les champs.

Un des quatre virus a été découvert lors des « analyses des génomes des abeilles » et s’apparente à une variante d’un virus identifié en 2004 en Israël, responsable de la paralysie des ailes des abeilles, démontre cette étude parue sur le site de la revue PloS One.

Ce micro-organisme « a été retrouvé dans tous les échantillons d’abeilles saines mais seulement à certaines périodes de l’année », précise l’étude.

« C’est le virus le plus présent à l’état endémique des abeilles et personne ne connaissait encore son existence », a expliqué le principal auteur de cette recherche, Joe DeRisi, professeur de biochimie et de biophysique à l’université de Californie à San Francisco.

Grâce à l’identification de ces quatre nouveaux virus, qui s’ajoutent aux 23 déjà recensés, les scientifiques vont pouvoir mieux comprendre les raisons de la disparition de plus de 30 % de la population d’abeilles d’élevage aux États-Unis depuis 2006.

« Vous ne pouvez pas comprendre la mort des colonies sans comprendre l’état normal des abeilles », a-t-il expliqué.

« Nous avons remarqué que certains virus émergeaient à certaines saisons mais aussi que toutes les colonies ne contractaient pas les virus au même moment, même après avoir été transportées ensemble sur de longues distances », a précisé la coauteure de cette étude Michelle Flenniken.

« La disparition des abeilles a clairement plusieurs facteurs », a-t-elle ajouté.

Parmi ces échantillons, les chercheurs ont aussi détecté six sortes de bactéries différentes, six champignons, quatre types d’acariens et une mouche parasite appelée phoride jamais repérée en dehors de la Californie.

Les abeilles domestiques assurent la pollinisation de plus de 100 variétés de fruits et de légumes dont les récoltes représentent une valeur de 100 milliards de dollars par an à travers le monde.

Le déclin des abeilles a atteint ces dernières années de 10 à 30 % en Europe et plus de 85 % au Moyen-Orient, selon un rapport de l’ONU sorti en 2011.

Lire également :

Notre dossier :

Cet article, publié dans Nature, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s