Découverte : Les Aryens en chine il y a 9000 ans.

Mark Deavin

En juillet 1996, deux étudiants qui pataugeaient dans la rivière Columbia, à Kennewick dans l’Etat de Washington, trébuchèrent sur les restes du squelette d’un Européen mâle d’âge adulte. Tout d’abord les anthropologues supposèrent qu’il s’agissait d’un pionnier mort à la fin du 19ème siècle. Mais la datation au radiocarbone montra que le squelette était âgé d’environ 9300 ans. En fait, «l’Homme de Kennewick» est la dernière d’une série de découvertes d’anciens squelettes, qui tendent à confirmer la théorie que quelques-uns des premiers habitants de l’Amérique du Nord étaient des Européens, qui émigrèrent à partir du continent eurasiatique par un pont de terre à travers la Mer de Bering vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 12 000 ans. Le Docteur Robert Bonnischen, directeur du Centre pour l’Etude des Premiers Américains, à l’Université de l’Etat de l’Oregon, pense que «l’Homme de Kennewick» jette le doute sur l’exactitude du terme «Paléo-Indien», qui est habituellement utilisé pour décrire cette période de la préhistoire américaine. «Peut-être que certains de ces types étaient précisément des Paléo-Américains», admet-il.

Bien sûr, de tels faits posent un problème majeur à la version «politiquement correcte» de l’histoire, qui encourage l’idée selon laquelle les Américains Blancs ont honteusement volé leur pays aux Indiens. Il n’est donc pas surprenant qu’on aie tenté de dissimuler au public les faits concernant «l’Homme de Kennewick». Encouragés par le gouvernement Clinton, les Indiens Américains ont réclamé le squelette, invoquant une loi fédérale de 1990 qui assure la protection de leurs sites funéraires. Leur intention déclarée était de l’enterrer immédiatement dans un endroit secret, et d’empêcher ainsi de futurs examens scientifiques et des tests ADN. Cependant, huit anthropologues américains, clamant que les Indiens et le gouvernement fédéral craignent les implications de la découverte, ont entamé une action juridique en octobre 1996, pour empêcher tout enterrement secret du squelette.

En fait, «l’Homme de Kennewick» est un élément nouveau et important, qui s’ajoute à un ensemble d’indications qui suggèrent que pendant la période du Haut-Paléolithique, entre — 10 000 et — 35 000 environ, les Blancs — c’est-à-dire des hommes semblables aux Européens modernes — ne vivaient pas seulement en Europe, mais aussi dans une zone s’étendant de l’Asie du nord jusqu’au Pacifique. En Sibérie et dans d’autres régions orientales ils furent finalement refoulés et absorbés par des peuples mongoloïdes, bien que des poches isolées de gènes européens aient survécu jusqu’à nos jours en Asie du nord. Le peuple métissé des Aïnous au Japon en est un exemple.

La crédibilité de cette théorie a été spectaculairement renforcée dans les dernières années par la découverte remarquable de plus d’une centaine de corps d’Européens naturellement momifiés, vieux de 2400 à 4000 ans, dans la région du bassin du Tarim [70 km à l’ouest de l’ancien lac du Lop Nor, NDT], en Chine de l’ouest. Etonnamment bien préservées par le climat aride de la région, ces momies témoignent de l’existence d’un peuple de type nordique, avec une culture avancée, splendidement habillé avec des tuniques, des pantalons, des bottes, des bas, et des chapeaux. Dans une grande tombe, les corps de trois femmes et d’un homme furent découverts. L’homme, âgé d’environ 55 ans à sa mort, était d’une taille d’au moins 1m80 et avait des cheveux châtain clair qui étaient en train de blanchir. L’une des femmes les mieux préservées était d’une taille de 1m80, avec des cheveux châtain clair tressés en nattes. [Illustrations ; ci-dessus : le Sinkiang (Tuskestan chinois), plus grande province de Chine, où se trouve le site du bassin du Tarim. Ci-dessous : un Européen de grande taille, aux cheveux clairs, enterré il y a 3000 ans en Chine de l’ouest. Les corps momifiés de douzaines de ses congénères ont été découverts dans la même région.]

Parmi les objets découverts avec les corps se trouvaient des manteaux de fourrure, des gants de cuir, et un miroir décoré, alors que les femmes avaient des sacs contenant des petits couteaux et des herbes, probablement à usage médicinal. A Cherchen, dans le sud du désert de Takla Makan, on découvrit le corps momifié d’un enfant, probablement âgé de guère plus de trois mois à sa mort, enveloppé dans de la laine brune, et les yeux recouverts de petites pierres plates. A côté de sa tête il y avait une coupe à boire faite dans une corne de bovidé, ainsi qu’un «biberon» fait d’une mamelle de brebis, qui avait été coupée et cousue pour pouvoir contenir du lait. Une momie mâle portait même les traces d’une opération chirurgicale sur son cou, les incisions ayant été recousues avec du crin de cheval.

En fait, plusieurs momies de type européen avaient déjà été découvertes dans la région du bassin du Tarim au début de ce siècle, l’une d’entre elles ressemblant à une femme celte, et une autre à un vagabond bohémien. Toutes étaient habillées de beaux vêtements, incluant un chapeau avec des plumes, ayant une ressemblance frappante avec les coiffures alpines encore portées de nos jours dans les Alpes. Mais ces premières découvertes, vieilles d’environ 2000 ans, furent rejetées comme étant des corps d’Européens isolés qui s’étaient égarés dans cette région, et elles furent ainsi considérées comme n’ayant pas de signification culturelle ou historique.

En effet, les spécialistes modernes, en accord avec la mode de l’Histoire «politiquement correcte», ont eu tendance à nier les preuves de tout contact ou échange précoce entre la Chine et l’Ouest pendant cette période, considérant le développement de la civilisation chinoise comme une affaire essentiellement intérieure, coupée de toute influence extérieure. Plus encore, toute diffusion de peuples ou de culture était supposée avoir eu lieu de l’est vers l’ouest, les Européens ayant été civilisés par les Chinois. L’éminent spécialiste de la Préhistoire Gordon Childe, par exemple, résuma en 1958 la Préhistoire européenne comme étant l’histoire de «l’irradiation de la barbarie européenne par la civilisation orientale». (1)

Mais les dernières momies découvertes dans le bassin du Tarim sont trop nombreuses, trop anciennes, et trop riches d’enseignement, pour pouvoir être rejetées de cette manière. [Cependant, ces découvertes n’ont été connues du grand public qu’à partir du milieu des années 90, alors que les premières momies ont été découvertes à partir de 1978-1980, NDT.] Et, plus important, elles ont aidé à rouvrir le débat à propos du rôle que les Européens ont pu jouer dans les origines de la civilisation en Chine, quelques archéologues recommençant à arguer que les Européens pourraient bien avoir été à l’origine de l’introduction en Chine d’éléments de base tels que la roue et les premiers objets en métal. Cela renforce sérieusement les théories qui furent proposées au début du siècle, mais qui furent ultérieurement enterrées sous une avalanche de pensée «politiquement correcte». En 1912 par exemple, un universitaire réputé de Cambridge, A.C. Haddon, nota dans The Wanderings of Peoples la possibilité que l’élément civilisateur de la vieille civilisation chinoise aurait pu être introduit par la migration d’un peuple plus cultivé venant de l’ouest. 

A présent, selon le Dr Han Kangsin, un anthropologue de l’Institut d’Archéologie de Pékin, l’existence des squelettes et des momies souligne clairement le fait que les premiers habitants de la région du bassin du Tarim étaient des Blancs, apparentés aux Cro-Magnons de l’Europe paléolithique. Cette théorie est soutenue par le Dr Victor Mair, spécialiste des anciennes langues et cultures asiatiques à l’Université de Pennsylvanie, qui encouragea la principale expédition qui découvrit les momies. Il est devenu le principal avocat de la théorie selon laquelle des groupes importants d’Européens étaient présents dans le bassin du Tarim longtemps avant les actuels habitants de la région, suggérant que les peuples turcophones n’arrivèrent pas dans cette région avant le 8ème siècle av. JC environ. Ultérieurement, pense-t-il, les nouveaux venus chassèrent les Européens, encore que le principal groupe ethnique de la région aujourd’hui, les Ouïgours, compte parmi ses membres des individus avec des cheveux et un teint inhabituellement clairs.

En réalité, la preuve de l’existence d’un peuple indo-européen, à présent disparu, qui vivait en Asie centrale, existe depuis longtemps. Les membres de ce peuple sont connus sous le nom de Tokhariens, et sont décrits plus précisément sous le nom de Arsi, qui est apparenté au sanscrit Arya et au vieux-persan Ariya, signifiant Aryen : «ce qui est noble et digne». Leur langue, qui présente des similarités avec les branches celtiques et germaniques du tronc commun indo-européen, est conservée dans des manuscrits datés entre le 6ème et le 8ème siècles après JC, et de solides preuves de son existence peuvent être trouvées aussi loin qu’au 3ème siècle.

En dépit du fait que des manuscrits tokhariens ont été trouvés seulement pour la période la plus récente, les linguistes ont occasionnellement identifié des mots tokhariens dans des manuscrits écrits en gandhari prakrit, une langue vernaculaire du nord-ouest de l’Inde qui était utilisée comme langue administrative dans une grande partie du bassin du Tarim du 3ème au 5ème siècle après JC. Les Tokhariens étaient aussi connus antérieurement sous le nom de Yue-zhi (ou Ru-zhi), qui sont cités dans des textes chinois datés du 5ème siècle après JC, dans les limites d’ancienneté définies par la datation des momies du bassin du Tarim.

Les Tokhariens sont représentés de manière frappante sur des peintures murales à Kizil et Kumtura (non loin de la ville chinoise de Ku-Che, dans les montagnes du Tien Shan au nord du bassin du Tarim) comme des Européens d’allure fière, de grande taille, avec des cheveux roux ou blond-roux, nettement divisés au milieu, des longs nez, des yeux bleus ou verts, des visages allongés. Les Yue-zhi du premier siècle avant JC sont aussi décrits dans des statues peintes à Khalchayan (à l’ouest de la rivière Surkhan, dans l’ancienne Bactriane). Eux aussi sont dépeints comme des Européens avec des longs nez, des visages fins, des cheveux blonds, la peau rose, et des yeux bleus clairs. On sait par des sources historiques que pendant le 2ème siècle av. JC, les «grands Yue-zhi» se déplacèrent du nord-ouest de la Chine jusqu’à Ferghana et la Bactriane, qui se trouve sur le flanc le plus éloigné du Pamir. A partir de là ils partirent au sud à travers l’Hindou Kouch vers l’Afghanistan et la partie nord du subcontinent indien, où ils fondèrent le puissant empire Kushan. Ce dernier, en retour, étendit à nouveau son pouvoir jusqu’au bassin du Tarim, et avec lui se répandit le Bouddhisme, qui atteignit finalement la Chine.

«Les nouvelles découvertes obligent à un réexamen des vieux livres chinois qui décrivent des individus historiques ou légendaires, de grande taille, avec des yeux bleus ou verts, de longs nez, de grandes barbes, et des cheveux roux ou blonds. Les spécialistes ont traditionnellement raillé ces récits, mais il semble maintenant qu’ils pourraient se révéler exacts.» (Victor Mair)

Une hypothèse qui rencontre une faveur croissante est que la migration de ces Indo-Européens commença avec leur invention du chariot à roues. Travaillant avec des archéologues russes, le Dr David W. Anthony, anthropologue au Hartwick College à New York, a découvert des débris de roues de chariots dans des tumulus funéraires vieux de 5000 ans, dans les steppes de la Russie du sud et du Kazakhstan. Cette série d’investigations a un rapport direct avec la question des momies européennes en Chine, parce que des roues en disque, formées de trois pièces, similaires à celles qui ont été découvertes en Asie de l’ouest et en Europe, datées du 3ème et du 2ème millénaire av. JC, ont été découvertes dans le désert de Gobi, au nord-ouest du bassin du Tarim. De même, des roues à rayon datant du début du 2ème millénaire av. JC ont été mises à jour dans un autre site non loin de là. 

La plupart des chercheurs acceptent à présent la thèse selon laquelle le lieu de naissance des véhicules tirés par des chevaux et l’utilisation des chevaux comme montures se trouvait dans les steppes d’Ukraine, plutôt qu’en Chine ou au Proche-Orient. Comme le Dr Anthony et ses collègues l’ont montré par leur étude au microscope des dents de chevaux, des chevaux étaient déjà harnachés en Ukraine il y a 6000 ans. De même, des chars de bois avec des roues à rayons ont été datées d’environ 2000 ans av. JC, dans la même région. En comparaison, les chars n’apparaissent en Chine qu’environ 800 ans plus tard. Des chevaux enterrés rituellement, similaires à ceux de l’ancienne Ukraine, ont aussi été mis à jour dans le bassin du Tarim, ainsi 
que des débris de roues de véhicules faites par l’assemblage de trois planches de bois polies et parallèles. Des véhicules avec des roues à peu près identiques ont été découverts dans les plaines d’Ukraine et datées de 3000 ans av. JC.

Un grand nombre d’objets découverts dans les tombes des momies du bassin du Tarim ont fourni des preuves importantes de la domestication du cheval. Cela inclut un mors en bois et des rênes en cuir, une cravache consistant en une seule lanière de cuir attachée à un manche de bois, un morceau de bois avec des lanières de cuir, et une selle de cuir rembourrée, parfaitement réalisée. Cela semble confirmer que les momies appartenaient à une culture nomade de cavaliers, qui se répandit à partir des plaines de l’Europe de l’est. Cela renforce aussi la conviction grandissante des archéologues, que l’extension de la langue, de la culture, et du stock génétique indo-européens est peut-être liée à l’extension graduelle des techniques de domestication du cheval et des véhicules tirés par des chevaux, depuis leur région d’origine en Europe, il y a 6000 ans.

Ces découvertes ont des conséquences extrêmement importantes pour la compréhension des origines de la civilisation chinoise, puisqu’on a maintenant démontré que le char fut connu en Chine seulement vers le milieu du second millénaire av. JC, à peu près à l’époque du développement de la métallurgie du bronze et de l’écriture. Par conséquent, ces faits suggèrent que les chariots et les chars furent introduits en Chine à partir de l’ouest par les Indo-Européens. Cela démontre aussi que la pénétration européenne en Chine ne commença pas avec l’ouverture de la Route de la Soie, que les livres d’histoire datent habituellement du 2ème siècle av. JC, mais au moins 2000 ans plus tôt, au tournant du Néolithique et de l’Age de Bronze, lorsque la totalité de l’Eurasie fut reliée culturellement et technologiquement par les migrants européens. 

Des vagues migratoires s’étendant sur une période d’au moins 7000 ans (de — 8000 à — 1000) emmenèrent les Aryens depuis leur habitat d’origine du nord de la Mer Noire jusqu’en Europe de l’ouest, en Inde du nord, en Chine de l’ouest, et en Amérique du nord (par le détroit de Bering).

En fait, en 1951 l’archéologue allemand Robert Heine-Geldern était déjà parvenu à montrer une série de similarités entre les techniques de la métallurgie en Europe et en Chine, vers 800 av. JC. Sa démonstration incluait de l’équipement pour les chevaux, des épées à deux tranchants, des haches et des pointes de lances, dont il situait l’origine dans les centres métallurgiques du Halstatt et du Caucase. Arguant qu’une «migration reliante» s’était déroulée depuis l’Europe à travers l’Asie, il suggéra que l’émergence de la culture des Dong en Chine du sud pourrait s’expliquer par des influences venant directement d’Europe, pendant les 9ème et 8ème siècles av. JC. (2)

Deux ans plus tard, l’archéologue russe bien connu S.I. Rudenko nota l’existence de momies ayant une apparence européenne dans les tombes royales de Pazyryk dans les monts de l’Altaï, datées des 5ème et 4ème siècles av. JC. Cette démonstration fut ultérieurement appuyée par John Haskins de l’Université de Pittsburgh, qui suggéra que les Yueh-zhi (un ancien nom chinois pour désigner les Tokhariens) de la région de Pazyryk dans l’Altaï, pourraient avoir été apparentés aux Celtes de l’Europe continentale.

Précisément, les momies du bassin du Tarim ont fourni de nouvelles preuves qui appuient la thèse de Heine-Geldern. Quelques-uns des objets trouvés avec les momies suggèrent fortement un lien avec la «période des haches à douille», caractérisée par ses haches de bronze à douille (ayant un manche de bois creux inséré du côté opposé à la lame) et d’autres objets en bronze, tels que des couteaux avec des manches en forme d’animaux. La «période des haches à douille», qui est datée d’environ — 1800 à — 1000, s’est étendue sur toute l’Europe et cadre bien avec certains aspects de la culture du cheval et du char, qui met l’accent sur la chasse, avec l’utilisation de différentes sortes d’arcs. 

Ainsi une nouvelle crédibilité a été donnée à des théories précédemment ignorées et ridiculisées, à propos des origines et du développement de la civilisation en Chine. A la lumière de ces nouvelles découvertes, Edwin Pulleyblank de l’Université de la Colombie Britannique argua récemment que l’influence européenne pourrait avoir été un facteur important pour l’unification des états chinois et l’établissement du premier empire chinois centralisé, par Chinchi Huangti en l’an 221 av. JC. Il souligne l’arrivée de l’extérieur, à la lisière de la steppe chinoise, de la technique militaire des archers montés, mentionnés explicitement pour la première fois dans les sources chinoises en l’an 307 av. JC. A l’ouest, les archers montés apparaissent avec les Scythes, étroitement apparentés aux Celtes, qui sont mentionnés pour la première fois dans les sources moyen-orientales vers l’an 800 av. JC et dont le mode de vie est décrit en détail par l’historien grec Hérodote. Ironiquement, ce fut la technique des archers montés, typique du nomadisme classique, qui domina la steppe européenne et qui rendit possible l’émergence des grands empires de la steppe des Singnou, des Turcs et des Mongols qui plus tard terrorisèrent l’Europe.

Pulleyblank suggère précisément que la technologie européenne fut copiée par les Chinois et retournée contre ses inventeurs. En effet, une analogie frappante avec l’extension de l’utilisation des archers montés aux frontières de la Chine peut être vue dans la manière dont la découverte des chevaux par les Indiens du Mexique, du fait des Espagnols, et de leur utilisation guerrière, a transformé les Grandes Plaines d’Amérique du nord au 19ème siècle. Cette théorie de l’imitation [des techniques européennes] par les peuples mongoloïdes est aussi appuyée par la présence de nombreux mots d’origine indo-européenne dans les strates les plus archaïques des langues apparentées au chinois. Cela inclut des mots comme «cheval », «traces», «charrette», «roue », et «vache», et cela aussi suggère que ce furent les Européens qui apportèrent tout cela en Chine.

Les échantillons de textiles, datés de la fin du second millénaire av. JC, découverts dans les tombes du bassin du Tarim, fournissent aussi la preuve de la diffusion de la technique sophistiquée des Européens jusqu’en Chine. L’un des fragments était une pièce de tissu en laine avec un dessin à carreaux, nécessitant l’utilisation d’un fuseau à tisser qui n’a jamais été associé auparavant avec la Chine ou l’est de l’Asie à une date aussi reculée. Irene Good, spécialiste de l’archéologie du textile à l’Université de Pennsylvanie, a confirmé que le dessin des carreaux était virtuellement identique, sur les plans stylistique et technique, aux pièces de textiles découvertes en Autriche et en Allemagne sur des sites datant d’une période un peu plus tardive.

Le Dr Elizabeth J.W. Barber, linguiste et archéologue à l’Occidental College de Los Angeles, et auteur de Prehistoric Textiles (Princeton University Press, 1991), confirme que les Chinois n’utilisèrent pas et ne connurent même pas le fuseau à tisser, mais en eurent connaissance par l’influence de l’ouest, et seulement après la période des Han. Il est significatif qu’il y ait de nombreuses ressemblances entre les momies du bassin du Tarim et «l’Homme des glaces» [le fameux « Ötzi», NDT], vieux de 5000 ans, découvert en 1991 dans les Alpes autrichiennes. Cela inclut le type et le style des vêtements, les objets personnels, le symbolisme religieux solaire, et les tatouages magiques ou décoratifs, ainsi que le type racial distinctif.

Ces découvertes semblent par conséquent confirmer de plus en plus l’existence d’une culture celtique s’étendant à travers l’Eurasie, il y a au moins 4000 ans. Comme l’a souligné James Opie, universitaire spécialiste des instruments en bronze et des motifs décoratifs sur les anciens textiles, il est hautement significatif que les entrelacs celtiques, les svastikas, et les motifs à thème animalier, aient été découverts depuis l’Europe, à travers l’Iran, jusqu’à la Chine. La religion des Celtes archaïques — ainsi que celle des Scythes — était une religion solaire, et les svastikas à trois ou quatre branches utilisées comme symboles solaires sont des éléments omniprésents dans l’art celtique. De même, les Européens du bassin du Tarim montrent un net penchant pour les spirales solaires, les tatouant sur leurs visages et les gravant sur les brides de leurs chevaux. Cela en soi suggère qu’il s’agissait de Nordiques, qui furent et qui ont toujours été des adorateurs du Soleil et du Ciel, et plus généralement de la Nature. Comme l’a dit le Dr Michael Puett, historien des civilisations d’Asie de l’est à l’Université de Harvard, les momies du bassin du Tarim révèlent clairement un processus de diffusion culturelle depuis l’Europe, vers l’extérieur.

Tout cela renforce la thèse du pionnier de l’archéologie, Colin Renfrew, qui contesta l’idée précédemment admise que la culture préhistorique commença au Proche-Orient ou en Asie centrale, et fut «diffusée» seulement plus tard vers l’Europe «barbare». Ces nouvelles découvertes confirment que les préalables culturels à la civilisation sont beaucoup, beaucoup plus anciens en Europe qu’on le croyait, et suggèrent que loin que l’Europe ait été civilisée depuis l’extérieur, ce fut plutôt le reste du monde, incluant l’Asie, qui fut civilisé par les colons européens. (3)

1. V. Gordon Childe, Antiquity, 32 (1958), 70

2. J. P. Mallory, In Search of the Indo-Europeans (Londres 1989), 59.

3. Colin Renfrew, Before Civilization (New York 1974).

source : http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/10/24/22455642.html

Cet article a été publié dans Monde. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Découverte : Les Aryens en chine il y a 9000 ans.

  1. Carol Newman dit :

    Il semble bien que les anciens nordico-européens soient à la source de toutes les civilisations sur le globe ( voir le symbole du svastika et des peintures d’hommes blancs et roux même en amérique pré-colombienne ) et que l’élément sémito-négroïde soit au contraire le corrupteur et le fossoyeur de toute civilisation . D’ou la haine jalouse dont nous sommes l’objet , surtout par certains … Et les mensonges pour faire croire que tout vient du proche-orient .
    +1

  2. shalom dit :

    en france aussi il y avait des aryens , et aujourd’hui il y a plein de bons à rien !

  3. Bellatrix dit :

    Il semble bien que les anciens nordico-européens soient à la source de toutes les civilisations sur le globe ( voir le symbole du svastika et des peintures d’hommes blancs et roux même en amérique pré-colombienne ) et que l’élément sémito-négroïde soit au contraire le corrupteur et le fossoyeur de toute civilisation . D’ou la haine jalouse dont nous sommes l’objet , surtout par certains … Et les mensonges pour faire croire que tout vient du proche-orient .

  4. albert dit :

    Rien de nouveau !
    Les découvertes récentes renforcent la validité des théories élaborées antérieurement par des raciologues allemands souvent liés au national-socialisme .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s