L’argent caché des syndicats

Depuis plusieurs années déjà, on a noté la collusion des syndicats avec le patronat. Les grègrèves ne portent jamais sur les sujets fondamentaux qui pourraient apporter un changement favorable pour les travailleurs, comme la remise ne question du système, les délocalisations, l’importation de travailleurs immigrés au détriments des travailleurs français et même anciens immigrés, mondialisation des marchés. Non rien de tout ce la n’est combattu par les syndicats, mais maintenant nous savons pourquoi :

T.L

Ils touchent 4 milliards par an de la collectivité pour 8 % de syndiqués. Subventions à gogo, permanents par milliers, gabegie… Un rapport parlementaire lève le voile. Décapant !

Des vacances à Dakar aux frais de France Télécom ! En février dernier, 12 délégués syndicaux du groupe se sont rendus au Sénégal, officiellement pour assister au Forum social mondial. Dans leurs valises, un mandat en bonne et due forme du très imposant Comité central de l’unité économique et sociale (CCUES). Pour représenter les salariés de France Télécom face à la «place importante faite au secteur des télécoms, notamment dans le cadre des relations nord-sud», la délégation a reçu un chèque de 12.000 euros. À l’heure où les entreprises serrent les coûts et l’État taille dans ses dépenses, les syndicats ne rechignent pas à envoyer leurs membres au soleil, tous frais payés, simplement «pour nourrir leur réflexion».

Gonflé? Non, une pratique plutôt ordinaire dans une France qui n’aime pas ses syndicats mais les nourrit grassement. Car si le syndicalisme n’a jamais été aussi peu représentatif dans notre pays – seuls 8 % des salariés (public et privé confondus) adhèrent à une organisation, le taux le plus bas de l’Union européenne ! -, la machine syndicale, elle, se porte bien, très bien même. Et pour cause: elle vit aux crochets des autres ! C’est la démonstration choc que font les députés dans un rapport rendu public cette semaine, et que Le Figaro Magazine a pu consulter en avant-première.

Au terme d’une commission d’enquête de six mois, de dizaines d’auditions, les élus font ce constat: la collectivité fait chaque année un chèque de 4 milliards d’euros pour financer l’activité syndicale. Presque l’équivalent du budget de l’Enseignement supérieur…

Les cotisations ne représentent qu’une part infime des budgets syndicaux: guère plus de 3 à 4% pour les organisations représentant les salariés et de 15 à 60 % selon les cas pour les structures patronales.C’est une «exception française en Europe», relèvent les parlementaires, soulignant qu’ailleurs sur le continent, «les cotisations occupent une part primordiale dans les ressources des syndicats, plus de 80% dans l’ensemble». Leur «légitimité» est à ce prix, notamment vis-à-vis des pouvoirs publics, glisse le rapport.

Ici, ce sont les détachements syndicaux, les décharges horaires, les subventions aux comités d’entreprise ou encore la gestion des organismes sociaux et de la formation professionnelle qui fournissent le gros des moyens. Un système bien huilé mis en place au lendemain de la guerre et que personne – même en ces temps de crise – n’a osé remettre en cause. Et surtout pas l’État impécunieux, pourtant avide d’économies. Y trouverait-il son compte?

Lorsqu’il a décidé de se pencher sur cette délicate question, Nicolas Perruchot, ce député centriste qui a fait une entrée tonitruante sur la scène politique en 2001, en évinçant Jack Lang de la Mairie de Blois, savait qu’il avançait en terrain miné. L’annonce de sa commission d’enquête a été fraîchement accueillie «en haut lieu», souffle-t-il. À plusieurs reprises, on m’a fait dire qu’une commission d’enquête parlementaire sur le prix de l’essence serait mieux venue», précise Perruchot, pas mécontent de n’en avoir fait qu’à sa tête.

Les syndicats ne se sont pas bousculés à la porte de la commission. «Nous nous sommes même demandé si nous aurions besoin de faire intervenir la force publique, comme nous en avons le droit», confie-t-il. Les représentants de l’UIMM – la puissante fédération patronale de la métallurgie – ou de FO ne se sont présentés à la convocation des députés qu’in extremis, lors de la dernière semaine d’audition.

On comprend leurs réticences. Le tableau que dressent les élus est décapant: «mécanismes de financement structurellement opaques», «absence de prise en considération (…) des mises à disposition de personnels et de locaux», «dérives»… Le schéma descircuits de financement qu’ils ont tenté de reconstituer vaut son pesant d’or, tant il est incompréhensible.

Les députés se sont fondés pour leur enquête sur de tout nouveaux éléments, fournis par les fédérations elles-mêmes. Car, pour la première fois cette année, les organisations syndicales et patronales ont dû se livrer à un exercice d’un genre nouveau: la publication de leurs comptes, en vertu de la loi d’août 2008 sur la représentativité syndicale. Personne n’avait osé leur demander le moindre bilan depuis la loi Waldeck-Rousseau créant les syndicats en… 1884 !

Certes, une incertitude plane encore sur les obligations des puissants syndicats de la fonction publique. En outre, toutes les organisations ne se sont pas pliées aux nouvelles règles du jeu avec le même entrain, certaines les ont même royalement ignorées. On attend toujours les comptes de FO pour 2010, de même que ceux de l’Union nationale des professions libérales (Unapl). Quant à la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), elle a carrément fait savoir qu’elle n’entendait pas commencer l’exercice avant l’année prochaine.

Bernard Thibault , lui, a fait le choix de présenter le bilan de la CGT à la presse le 14 novembre. Sur 79 millions d’euros de cotisations versés par ses adhérents, un peu moins de 13 ont été affectés à la confédération pour financer ses activités, a-t-il détaillé. Ce qui lui a permis d’affirmer que près des deux tiers des recettes de la CGT provenaient des adhérents. À l’entendre, on serait donc «très loin» de l’image d’un syndicat «fonctionnant avec l’argent public». Simple question de présentation. Ce que l’on nomme par facilité «syndicat» est juridiquement composé d’une kyrielle de structures: sections d’entreprises, unions locales, départementales, fédérations professionnelles… La maison-mère est souvent elle-même incapable d’indiquer avec certitude le nombre de ses affidés. La CGT, par exemple, hésite entre 25.000 et 30.000 entités.

Quoi qu’en dise M. Thibault, l’essentiel de la richesse de la CGT et des autres syndicats de salariés provient des moyens humains – détachements, décharges horaires, etc. – mis à leur disposition par les entreprises et surtout par l’Etat. Ces petites mains se comptent par dizaines de milliers dans la fonction publique. Ou plutôt, elles ne se comptent pas. Car en la matière, l’unité de mesure, c’est l’estimation. Le doigt mouillé.

Pour en avoir le cœur net, l’Inspection générale de l’administration a épluché l’an dernier les mécanismes de mise à disposition pour les syndicats de la fonction publique dans deux départements, le Rhône et le Loiret. Son rapport, resté confidentiel, montre que l’administration n’est pas tatillonne avec les absences syndicales, qu’elle a parfois même renoncé à comptabiliser. Au service des impôts notamment, les syndicats déclarent que tous les droits syndicaux ont été pris quand la direction, elle, fait état d’une importante sous-consommation des heures de détachement ! De manière générale, les administrations peinent à distinguer les différents types d’absence ou de décharge.

Les abus prospèrent dans un univers où règne le flou. Soumis aux questions des inspecteurs de l’administration, les directeurs des ressources humaines des ministères ont bien dû admettre qu’ils ne disposaient d’aucun tableau de bord détaillé de leurs effectifs. Des réponses au moins aussi vagues ont été données aux députés. Du bout des lèvres, au ministère de la Fonction publique, on reconnaît qu’environ 17.000 agents (en postes équivalents temps plein) seraient mis à la disposition des syndicats dans la fonction publique. Dont près de 1200 à l’Éducation nationale. Les parlementaires ont conclu de cet aveu à moitié officiel que la réalité devait se situer bien au-dessus et Perruchot avance le chiffre de «28.000 équivalents temps plein pour les trois fonctions publiques». Si l’on s’en tient au chiffre officiel, les moyens humains offerts aux syndicats par l’État représenteraient une enveloppe minimale de 1,3 milliard d’euros. «J’ai dit à Valérie Pécresse: rien qu’avec une économie de 10% sur ce budget, je te fais l’équivalent de deux taxes sodas», ironise le rapporteur.

Bernard Thibault, CGT ; Serait-ce la soif de l'or qui le fait ressembler de plus en plus à Gollum ?

Sméagold, Gollum

François Chérèque, CFDT

Suite et source : http://www.wikistrike.com/article-l-argent-cache-des-syndicats-

Cet article, publié dans Ripoublique bananière, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s