Solstice d’été

Une fois encore, comme tous les ans, nous voici dans une période de l’année où, depuis des temps immémoriaux, nos pères et les pères de nos pères ont célébré la fête de la lumière la plus longue. Le solstice d’été marque le moment où le soleil se lève le plus tôt et se couche le plus tard. C’est la fête du soleil triomphant.

Alain de Benoit, « Les traditions d’Europe.

Variante : Soleil noir

O comment te bénir, Soleil, pour toutes ces choses

Que, dès mon premier pas, j’aperçois de mon seuil !

Ta chaleur alentour, un baiser de rayon,

Qu’allègre est mon aurore et brillant mon midi !

J’abandonne mon front aux tendresses des brises

Les parfums du jardin me dilatent les pores

Mon doigt frôle, écarlate et gonflée, maintes pousses

Je rafraîchis ma joue à la neige des fleurs.

O cet après-midi qui brûle, exalte et gronde

Nourrissant des pensées de mages, de héros

Qui m’offre pour jouet la richesse d’un monde

Cependant que ma barque est le jouet des flots.

Et les fêtes du soir, tout aussi convoitées !

Je me sens embrasé quand, pieuse coutume,

On presse sur mon cœur des images chéries

Jusqu’à l’heure où la joie glisse en un doux sommeil.

Stefan George

Les différentes roues solaires stylisées représentent le soleil, l’ordre cosmique, mais aussi l’éternel recommencement. En effet, nos ancêtres (jusqu’à récemment d’ailleurs) ne croyaient pas à une histoire linéaire. L’observation de la nature avec laquelle ils vivaient en étroite relation leur prouvait que tout renaît sans cesse. Ainsi les quatre branches de la Swastika symbolisent les 4 saisons de la course du soleil, les quatre points cardinaux, mais aussi, sur les plans cosmique et spirituel, les quatre âges des hommes.  L’Âge d’Or, l’Âge d’Argent, l’Âge d’Erain et l’Âge de fer. Ce dernier est celui, dans lequel nous nous trouvons actuellement.

En effet, le temps linéaire est une invention des temps modernes, de l’homme croyant triompher de la nature et de sa propre condition d’être inféodé aux éléments. Cependant, une observation plus fine nous montre que le temps est un éternel retour ; le cycle de la lune (en lien avec le cycle menstruel des femmes), du soleil (jour / nuit), saisons, liées aussi à la course du soleil.

Les Aryens sont les fils et filles du Soleil. Peut-être parce qu’Il est rare en nos contrées et que de lui dépendait la richesse des récoltes et la survie des hommes, contrairement aux pays du Sud où le soleil écrase l’homme le jour et dont la nuit le délivre.

Aussi nous représenter que le Temps tourne en boucle (la roue tourne en langage populaire), nous redonne espoir en ces moments sombres et lugubres de fin de l’Âge de Fer (ou Kali Yuga pour les Indous) car si à la nuit suit le jour, à l’hiver, le printemps et au froid, la douceur ; l’Âge d’Or arrive après l’Âge de fer. L’Âge d’Or est le triomphe de l’Homme juste et vrai, le triomphe de la vérité sur le mensonge, le triomphe de l’harmonie sur le chaos, la victoire de l’ordre sur l’anarchie. Le triomphe de l’esprit sur la matière.

Patientons sagement jusqu’au retour de cet âge d’or. En attendant, il nous faut traverser ce tunnel de ténèbres où nos ennemis dominent et tentent de nous détruire définitivement.

Il nous faut résister, nous préparer à endurer le grand nettoyage de cette fin de cycle qui arrive, où seuls les plus pures, les plus forts et les plus décidés, en un mot, les « Hommes à la plus longue mémoire » survivront.

Cet article, publié dans Kultur Kampf, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s