TOP SECRET – Massacre de Katyn : des archives apportent la preuve que les Etats-Unis ont protégé l’URSS

Les archives nationales américaines ont, depuis le 10 septembre, mis à disposition du grand public de nouveaux documents secrets relatifs au massacre de Katyn en 1940, où 22 000 Polonais ont été abattus. Y figurent des preuves irréfutables que les Etats-Unis savaient depuis 1943 que l’URSS était responsable de cette barbarie, non pas le  Reich.

En 1943, des nazis conduisent un groupe de soldats captifs dans la forêt de Katyn, au sud de la Russie. La zone est alors sous contrôle allemand. Les prisonniers y découvrent des milliers de corps entassés dans des fosses. Les documents, lettres et autres journaux intimes retrouvés sur les cadavres en état avancé de décomposition, sont datés, au plus tard, de 1940. Pour les témoins de cette atroce découverte, force est de constater que les exécutions ne sont pas récentes, voire vieilles de plusieurs années, à l’époque où la zone était encore sous contrôle de l’URSS. Deux Américains, le capitaine Donald Stewart et le lieutenant-colonel John Van Vliet, décident d’informer Washington que les responsables de cette tuerie ne sont pas les nazis. Mais de hauts responsables de l’administration du président Roosevelt font disparaître le messages codé. Hors de question de mettre en cause l’Union soviétique, alors puissant alliée des Etats-Unis contre l’Allemagne et le Japon.

Durant les quelques années qui suivirent la fin de la guerre, le gouvernement américain mena une large enquête dont le rapport final, publié en 1952, en pleine guerre froide, conclut à la culpabilité des Soviétiques. Mais à aucun moment le rapport ne mentionne le message codé, envoyé par Stewart et Van Vliet… Celui-ci constitue une des preuves écrites les plus évidentes que Washington « avait pleinement conscience de la vraie nature du stalinisme », et ce depuis longtemps, souligne Allen Paul, chercheur expert sur le massacre de Katyn.

Parmi les 1 000 pages de documents secrets publiées lundi par les archives américaines figure donc ce message codé donc la publication aurait peut-être pu changer le cours de l’histoire. « Le déni des Occidentaux au sujet de Katyn a été un coup fatal pour les Polonais qui n’a fait qu’empirer leur sort », estime Allen Paul.

D’autres preuves cruciales sont désormais consultables dans les archives américaines, notamment le rapport envoyé par un ambassadeur britannique à son premier ministre, Winston Churchill. « Nous disposons à présent d’un bon nombre de preuves négatives permettant d’émettre de sérieux doutes quant au déni de responsabilité des Russes dans l’affaire du massacre de Katyn », peut-on lire.

Côté russe, il aura fallu attendre 1990 pour que Mikhaïl Gorbatchev reconnaisse les faits et adresse des excuses publiques à la Pologne. Mais pendant 50 ans, les familles des victimes de Katyn ont enduré discriminations et frustration.

Depuis, Moscou publie également des informations secrètes au compte-gouttes. En 2010, l’ordre d’exécution des 22 000 victimes polonaises signé de la main de Staline a notamment été rendu public. Tout un symbole. Mais certains documents, dont ceux relatifs à une nouvelle enquête menée en Russie dans les années 1990, sont encore inaccessibles, au grand dam des activistes des droits de l’homme qui demandent une totale transparence.

Pour plus d’informations, consultez l’article de la BBC.

Commentaire de Tancrède Lenormand

Naturellement cet article ne fait nullement part de quelque excuse aux Allemands et notamment aux familles des soldats incriminés mensongèrement et qui ont porté injustement la responsabilité de ce crime de guerre. Cette honte collective infligée à tout un peuple a détruit des milliers d’existences et installé un sentiment de culpabilité inter générationnel. 

Les alliés ayant reconnu officiellement leur mensonge, il est temps maintenant d’ouvrir toutes les archives de la seconde guerre mondiale et notamment celles concernant le soi-disant holocauste des Juifs. Il est nécessaire de laisser les historiens et chercheurs travailler librement. Pour cela, la loi Fabius-Gayssot doit être abolie.  

L’histoire et la recherche historique ne peuvent pas être régies par des lois liberticides dans un pays se référant aux Droit-de-l’Homme. En érigeant des lois mémorielles qui interdisent de contester certaines versions de l’histoire, l’État français et ses complices font l’aveu qu’ils cachent eux-aussi un mensonge.

Cet article, publié dans 2ème guerre mondiale, Monde, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour TOP SECRET – Massacre de Katyn : des archives apportent la preuve que les Etats-Unis ont protégé l’URSS

  1. sternbald dit :

    Merci à Tancrède pour cet article et surtout pour son commentaire. Une traduction allemande a été publiée ici : https://schwertasblog.wordpress.com/2012/10/09/streng-geheim-massaker-von-katyn-archive-belegen-dass-die-usa-die-udssr-deckten/
    En réalité, tour le monde « avait pleinement conscience de la vraie nature du stalinisme » depuis les années 1920 : le régime soviétique avait tué des millions de personnes déjà bien avant la 2ème Guerre Mondiale. L’URSS avait attaqué la Pologne en 1939… En conséquence, tout le monde savait que les procès de Nürnberg étaient une farce cynique, seulement les jeunes générations peuvent être dupes de la propagande. Face à cette propagande, les preuves de la vraie nature des alliés sont très importantes.

    Je voudrais saisir cette occasion pour vous demander si vous êtes informés des activités de l’ambassadeur américain en France. Cet article est très révélateur :

    http://www.counter-currents.com/2011/03/the-rivkin-project-part-1/

    Amicalement de l’Allemagne,

    Sternbald

  2. Get dit :

    Si nuremberg a menti à propos de KATIN, qu’en est-il des autres vérités de ce procès.

  3. bousoufi dit :

    La croix rouge Suisse avait déjà révélé avant le jugement de Nuremberg que Katyn était l’œuvre des Soviétiques, les membres de cet organisme doivent être passés en jugement et lourdement condamnés pour cette calomnie et pour respecter la loi Gaysot garante de la vérité démocratique et républicaine .

  4. Paul-Emic dit :

    En l’occurrence, le document que vous présentez n’est daté que de 1948, il n’apporte rien que l’on ne sache déjà.
    On sait bien qu’à Nuremberg, la version soviétique a été préférée pour des raisons évidentes de « haute politique » et que dès le début de la guerre froide, qu’on peut dater de 1948 (votre document) la vérité a été rétablie.
    Quant à l’établissement d’une autre version au sujet du massacre des Juifs, il est encore bien trop tôt et bien trop d’intérêts s’y opposent encore à commencer par la norme dictée par la loi française elle-même directement issue de Nuremberg.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s