Freud et l’Ecole de Francfort : Armes juives de destruction massives de l’Occident

Après avoir contribué à l’effondrement de la civilisation grecque, puis celle d’Athènes, le peuple parasite, celui qui ne peut vivre qu’en exploitant les autres peuples sur lesquels, tel un vampire ou une sangsue, il puisse son énergie, a tenté de s’introduire dans tous les royaumes chrétiens d’Europe. Pendant près de 2000 ans l’aristocratie européenne et l’église ont mené un combat pour régulièrement écarter les Juifs et les tenir loin du peuple qu’ils réduisaient à l’esclavage par le prêt sur gage et l’usure. Mais ce combat était perdu d’avance car l’église, même aryanisée par l’influence européenne, était dès son origine, d’essence juive. Les mesures prises contre les Juifs comme leurs expulsions régulières de nombreux royaumes n’eurent pour effet que de retarder la contamination et ne purent jamais réglé le problème radicalement. Les Chrétiens croyaient en effet que les Juifs devaient vivre parce qu’ils étaient destinés à se convertir à la fin des temps. Gageons que cette idée était déjà, à l’origine d’inspiration sémite.

Grâce au monopole l’argent, les Juifs devinrent très riches et ils purent influencer et corrompre quelques puissants de ce monde ainsi qu’une nouvelle classe émergente : la bourgeoisie.

Après quatre siècle d’expulsion, l’Angleterre ouvrait ses portes au Juifs au début du XVIIIe siècle. Comme par hasard, celle-ci se trouvait propulsée un demi siècle plus tard, première dans la  révolution industrielle, avec toute la misère humaine que cette transformation de la société entraînait. Le génie créatif de l’Aryen exploité au « sens des affaires » des Juifs faisait del’Angletterre, la première nation industrielle. Un siècle plus tard, le Royaume-Uni était contrôlé par les Juifs. Le symbole de cette domination fut la nomination du Juif et marane Benjamin Disraeli comme Premier ministre.

Depuis la prise de cette première place forte, les juifs firent tomber une à une toutes les places fortes européennes. De la révolution de 1789 à la révolution bolchévique, ils furent derrière tous les mouvements subversifs visant à fragiliser et à écrouler l’ordre de l’ancien monde.

Les Juifs n’ont jamais constitué une force armée. La forme de vie parasitique qu’ils ont développé pour survivre, basée sur l’exploitation du travail des Goyim (ou non-juifs) leur a ôté toute possibilité de créer un État juif indépendant constitué uiquement de Juifs. Ils durent donc trouver des moyens de gagner leurs guerres sans affrontement sur des champs de batailles tels qu’ils se pratiquaient dans les sociétés viriles d’Europe.

Durant des siècles ils purent mettre au point des stratégies pour détruire leurs ennemis. Les ennemis des Juifs étaient les églises chrétiennes et leur serviteurs, les prêtres, la royauté, représentant Dieu sur terre ainsi que les ordres de chevalerie.

Du fond de leurs Ghettos, les juifs eurent tout le temps d’étudier les moyens d’abattre les piliers fondateurs de la civilisation occidentale. Ils devinrent alors, avec leurs Rabbins, maîtres dans l’art de la dissimulation, de la tromperie, du mensonges et de la subversion. leurs docteurs sondèrent l’âme aryenne pour en découvrir les failles afin d’y distiller le poison qui provoquerait le pourrissement de l’intérieur du corps social. Ils y découvrir l’incroyable naïveté de l’Aryen. En effet, les valeurs tenues au plus haut par l’Aryen sont l’honneur et la fidélité. Ce qui exclu tout recours au mensonge, mais au contraire qui exalte la confiance dans la parole donnée comme sacrée.

Sigmund Freud et l’Ecole de Frankfort fondée par les Juifs sur les ruines de l’Allemagne vaincue (tout un symbol) sont les héritiers de ce combat multiséculaire sans épées et sans armées que menèrent les Juifs d’abord contre l’église qui s’érigeait comme rempart et comme ciment de notre civilisation ; combat religieux qu’ils étendirent ensuite à une véritable guerre raciale contre l’ensemble du monde blanc.

Vidéo | Cet article, publié dans Eveilleurs de peuples, Psychologie, Subversion des peuples, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Freud et l’Ecole de Francfort : Armes juives de destruction massives de l’Occident

  1. Vent Couvert dit :

    « l’église, même aryanisée par l’influence européenne, était dès son origine, d’essence juive. »

    J’ai arrêté là de lire cette propagande juive qui voudrait faire des juifs le peuple grand frère des chrétiens. Je dirais que j’en ai un peu marre d’entendre les mêmes sornettes sur lesquelles on remarque une étrange collusion judéo-païenne.

    • wotan Y dit :

      « J’ai arrêté là de lire cette propagande juive qui voudrait faire des juifs le peuple grand frère des chrétiens. Je dirais que j’en ai un peu marre d’entendre les mêmes sornettes sur lesquelles on remarque une étrange collusion judéo-païenne »

      …bla,bla,bla…

      Pourvoir à la non conscience de soi-même, une arme effrayante où l’inintelligibilité kamikaze cloue le bec à la raison.

      Camarade reprends-toi! Tu tombes bien bas.

  2. cassandre dit :

    ce qui est un peu rigolo c’est que la gauche d’ici excecre ce qui vient des états unis et là …… nous sommes en plein dans les théories stupides de ce monsieur.

  3. cassandre dit :

    J’ignorais totalement le rôle de cet américain je vais me pencher sur le bonhomme pas très intéressant mais à l’influence apparemment très importante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s