A quoi sert le cinéma Monsieur Parvus ?

Israël, Alexandre, Lazarovitch GELFAND dit PARVUS (1867-1924). Un des financiers de Lenine et instigateur du désordre et de la révolution bolchévique.

« Le cinéma est une invention superbe. On peut truquer les montages, inventer les textes, ajouter les bruitages (Il parlait des films tournés pendant la révolution bolchevique). Les gens adorent ça. Le cinéma les intoxique. Ils sont près à suivre n’importe quel mot d’ordre. Oui le cinéma et la radiophonie formeront la grosse artillerie psychologique de notre révolution. Pour subjuguer les masses et pervertir les esprits, ce sont des armes prodigieuses. »

Les conspirateurs Juifs de droite à gauche : Israël GELFAND du PARVUS, TROTSKI, de son vrai nom Lev, Davidovitch BRONSHTEIN et Leo DEUTSCH; une belle brochette de conspirateurs.

C’est pourquoi les Juifs, partout, se sont emparés du cinéma. Les tenanciers d’Hollyjud, plus connut sous le nom d’Hollywood sont Juifs à 90 % et ils font la pluie et le beau temps. Ils tiennent aussi l’industrie du disque. C’est eux, par exemple, qui ont lancé le RAP (Rock Against the Police) et qui à travers la musique et le cinéma font la promotion du métissage, de la pornographie, de l’usage de la drogue, de l’homosexualité et de la pédophilie.

Les masses, comme disait Parvus, ont été subjuguées et perverties. Elles ont été rendues inapte à la faculté de discernement du vrai, du faux, de la vérité et du mensonge. Le cinéma est devenu une référence intellectuelle pour beaucoup. Et les masses suivent aveuglement ce qu’elles voient, ce qu’elles entendent, comme hypnotisées. Et les idées les plus saugrenues dont, sans cesse, la propagande juive leur a bourré le crane, deviennent leur propre vérité.

L’action la plus révolutionnaire et la plus salutaire pour le peuple, serait de détruire toutes les télévisions et toutes les radios. Cela reste cependant une utopie car les médias sont une drogue dont la consommation est encouragée. Seuls les esprits les plus forts ont déjà franchis le pas.

Cet article a été publié dans Citations, Psychologie, Subversion des peuples. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour A quoi sert le cinéma Monsieur Parvus ?

  1. Boy dit :

    Je voudrais rajouter quelque chose, cher Tancrède: Je ne le dis pas à ma famille qui me traitera d’Hitlérien fou et raciste. Mais, je m’en fous, un jour le monde s’apercevra qu’il avait raison. Je ne suis pas français de souche, j’ai du sang Irlandais, Italien et français. Mais, je verrais n’importe quoi pour aider la France, pour qu’elle redevienne grande, forte et puissante.

  2. Boy dit :

    Bonjour mes amis(e). Pour la Télévision et la radio, c’est en venant sur votre site, Mr. Le Normand, que j’ai appris qu’il fallait jetez sa télé et sa radio. Merci.

    • cassandre dit :

      Oui effectivement parce que vous enrichissez toujours les mêmes. Je dis également qu’ il n’y a que par la télé que nous pouvons voir l’avancement de leur projet sur l’endoctrinement à condition de regarder de l’extérieur, d’avoir conscience que tout est truqué. les jeux bien sur, mais aussi ces émissions vous faisant croire que vous entrez dans la vie des gens. Il y a sans doute quelques cas de véridiques mais combien ? Les chaines de télévision sont les grands employeurs d’ intermittents du spectacle. Regardez là en vous disant sans cesse où est le mensonge, où est l’arnaque ? que veut on me faire gober ?
      Les pubs sont tout aussi dangereuses lorsque l’on ne fait pas attention. que ce soit dans les pubs ou dans les émissions il y a un conditionnement qui vous fera accepter un état futur. Les émissions ou l’on vous apprend à décorer votre maison avec des objets sans valeur marchande. celle ou l’on vous apprend à faire des repas géniaux avec des produits basiques, celle ou l’on vous apprend à utiliser des produits très bon marché pour faire votre ménage. dans certaines émissions avant il y avait l’africain de service aujourd’hui il y a le couple homo. finalement la télé peut être passionnante si on décortique. Mais c’est l’ennemi que vous regardez. Pour la radio c’est différent le son entre dans votre cerveau et vous n’avez aucun moyen de vous en protéger en démontant leur manière d’opérer cela va beaucoup trop vite. Le subliminal fonctionne beaucoup mieux avec la radio comme avec certaines musique d’ailleurs. petite note amusante j’ai trouvé un surnom pour monsieur Rouvére. Une pub qui le caractérise très bien. « le dessert de Yoplait » regardez cette pub et pensez au texte de monsieur Rouvére. Evidemment il faut essayer de faire le mieux possible, le cerveau est chose très complexe. et parfois incompréhensible. Cher Tancrède mon petit fils n’était là qu’en vacances. Mais merci.
      merci.

    • @Boy

      Et bien si cet article vous a permis de réaliser cela, faites en également profiter vos amis et camarades.

  3. cassandre dit :

    c’est aussi du français mais c’est du Villon,
    En mon pays suis en terre loingtaine (…)
    Je riz en pleurs et attens sans espoir (…)
    Bien recueully, debouté de chascun.
    Je puis vous citer aussi la Boétie : DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE
    croire qu’il y ait rien de public en ce gouuernement, où tout est à vn. Mais ceste question est reseruee pour vn autre temps, et demanderoit bien son traité à part, ou plustost ameneroit quand soy toutes les disputes politiques. Qui peut aujourd’hui lire ces textes sans qu’ils ne soient traduit. Alors monsieur Rouvère de grâce, allez troller ailleurs !

  4. cassandre dit :

    Je vais tout de même commenter au lieu et place de mon petit fils qui est dysorthographique reconnu. Cela ne l’empêchait pas hier soir de me dire qu’il ne regardait plus la télévision (15 ans) car il avait remarqué que tout était faux, les informations et puis me disait il, les émissions sont de plus en plus débiles? On ne nous raconte que des histoires ! c’est tout faux ! les jeux sont truqués. Tu en parles avec tes copains ? Oui on pense tous pareil ! Je crois beaucoup plus en mon petit fils et en ses copains pour sauver quelque chose de notre civilisation qu’en vous monsieur. si je consulte les textes du procès de jeanne d’arc, le livre d’heure de la duchesse Anne et bien d’autres je n’ai pas le même français que le votre. Le sujet proposé est très intéressant et vous en empêchez les commentaires.

  5. cassandre dit :

    qui va oser commenter l’article après le commentaire de monsieur Rouvére. Une fois de plus son commentaire est hors sujet. Mais il vous bloque terriblement. alors je vais lui écrire une réponse. J’avais jusque l’âge de 33 ans une orthographe qui me valait de très bonne note à l’école primaire (la règle était 4 fautes : zéro) .A la suite d’un coma très prolongé. Je ne savais plus rien et je n’ai pu tout réapprendre. Le cerveau refusant pour je ne sais quelle raison de mémoriser certaines règles. Je dois faire avec. Et je suis très heureuse de pouvoir poster des commentaires. j’ai parfois beaucoup de mal à voir ce que vous voyez. et ce n’est tout de même pas du petit nègre. Je vous conseille puisque le fond du texte vous convient de faire un copier coller de rectifier les fautes et de le faire suivre en indiquant évidemment la provenance. Mieux encore vous créez votre propre site qui sera une perfection au point de vue langue française. Le reste on ne sait pas. Jamais vous ne dites ce que vous pensez. Votre intervention se situe toujours sur la grammaire.

    • Frite dit :

      Bonjour,

      je suis comme votre petit fils dysorthographique. Je vous rejoint à 100%. J’ai cessé de m’angoisser pour cette considération de l’orthographe pour ces gens qui ne font que critiquer là où ça fait mal. Qu’ils aillent au diable s’ils n’ont pas compris que 15 fois le même commentaire commence à être lourd à la fin.

    • Chère Cassandre,

      J’apprécie beaucoup votre présence sur ce site et vous avez toute entière liberté de commenter. Notre camarade Lucien s’adresse à moi seul dans ses remarques pertinentes. Et il a raison ; le fond est important, mais la forme aussi. C’est notre recherche de la rigueur et de la précision qui font, entre autres, nos particularités d’Européens. Certes l’orthographe de la langue française ne fut fixée que très récemment, peut-être même à l’apogée de notre civilisation qui n’a fait que décliner depuis. Mais ne pas la respecter (ou tenter de le faire), c’est aussi faire le jeu de nos ennemis qui s’efforcent d’effacer toutes les règles de grammaire et d’orthographe de notre langue pour nous rendre un peu plus idiots, un peu plus accessibles à nos envahisseurs, un peu plus commun.
      Alors n’ayez pas honte de commenter, chère Cassandre et même d’encourager votre petit-fils d’en faire autant, quitte à l’aider un peu.

      Meilleures salutations.

      Tancrède

  6. Lucien Rouvère dit :

    Bonsoir Tancrède.
    Je suis parfois bien ennuyé de faire suivre vos articles, lorsqu’ils comportent des fautes d’orthographe et, très rarement, de syntaxe. Mes correspondants sont, pour l’essentiel, des personnes très cultivées, et qui, en parfaite cohérence avec nos idées, estiment, avec moi, que la forme est aussi importante que le fond. Qu’elle ne doit jamais le trahir.
    Notre culture est la proie d’une démolition en règle – bien qu’apparemment sauvage -, et les processus d’analphabétisation de nos enfants – dont certains ont désormais plus de 50 ans.. – sont partie intégrante de cette besogne, que nous avons cent fois vérifiée être exactement et exclusivement j.u.i.v.e.
    Lorsque nous les critiquons, le mot exact, exactement écrit, comme la tournure correcte – même quand polémiques -, pour faire partie intégrante de ce qui est attaqué par ces énergumènes, sont donc incontournablement de règle.
    Rappelons-nous avec quel soin des membres du FN peignaient leurs inscriptions sur les murs de nos cités. Ils le faisaient probablement, pour la plupart d’entre eux, d’instinct – ce qui est en soi, déjà, aussi clairement significatif qu’admirable; il demeure que ces véritables bannières, étant officiellement illégales, SE DEVAIENT d’autant plus de montrer aux citoyens que, pour défier la loi, elles n’en respectaient pas moins un ordre supérieur, un ordre clair, précis et formel : celui dont, justement, ces hommes revendiquaient le retour ou l’avènement.
    Je n’ai aucune crainte, mon cher Tancrède, que vous ne partagiez pas ces convictions, et que vous ne doutiez pas de ma sincérité ni de mon respect à votre endroit, lorsque je m’adresse à vous de cette manière.
    Un de vos commentateurs m’a fait, il y a quelque temps, grief de ce souci – le qualifiant de « formalisme déplacé » (en substance, car je rassemble et j’abrège). Je n’ai pas pris le temps de lui faire un dessin, lui indiquant seulement que je m’étais déjà expliqué avec vous sur ce chapitre.
    Aujourd’hui, c’est aussi à lui que je réponds.
    Nous, français, occidentaux, blancs, d’immémoriale culture, nous luttons contre un ennemi mortel qui s’est juré de nous anéantir et de réduire les derniers d’entre-nous en esclavage.
    Quand nous entrons intellectuellement dans ce combat, c’est bien NOTRE langue, que nous devons parler. NOS mots, employer. NOTRE rigueur, à chaque instant démontrer. C’est donc aussi NOTRE soin de la forme, au service d’un fond qui est exclusivement NÔTRE, dont nous devons faire preuve et usage à tout moment.
    Un fond dès longtemps structuré, qui a fait de nous des hommes debout, et qui n’a donc rien de commun avec la misère à peine humaine qui stupéfie les esprits et exténue les corps d’une tribu de seize millions environ de malades mentaux et physiologiques.
    Ce fond et cette forme sont, de toute évidence, et qui en douterait, indissociables. Ils sont un.
    Nos élans eux-mêmes en sont issus.
    Ils ne peuvent pas ne pas s’y tenir.
    Cordialement à vous, Tancrède.
    Lucien.

    • Cher Lucien,

      Vos commentaires et vos conseils sont toujours les bienvenus sur ce blog et je dirai même indispensables. Je suis tout à fait d’accord avec vous ; la forme est aussi importante que le fond. Mais le premier point n’est pas mon fort. Les idées bouillonnent et se bousculent dans ma tête, elle demandent à être exprimées, malheureusement l’orthographe ne suis pas toujours. Cela en raison de lacunes, par étourderie, par manque de temps pour relire, par manque de rigueur aussi peut-être, mais je suis le premier à en être embarrassé. Et je sais pertinemment qu’auprès de l’élite sensible à nos idées, la mauvaise qualité de la forme peut parfois dé-crédibiliser le fond. C’est pour cela que, entre autres, outre mes efforts personnels, votre aide m’est précieuse et que j’ai pris votre défense à l’endroit de certains de mes lecteurs dans les commentaires.
      En tout cas, n’hésitez pas à intervenir quand bon vous semble ici car vous êtes toujours le bienvenu, ne serait-ce que pour la qualité de vos commentaires.

      Meilleures salutations,
      Tancrède.

      • Frite dit :

        Bon, on va dire que je change d’avis comme de chemise mais tant pis. J’ai réagi en n’ayant lu que le début de l’intervention de Mr Rouvère suite à la lecture du commentaire de Cassandre. J’ai réagi à chaud parce que j’ai encore à l’esprit la fois où nos professeurs de fac s’étaient passés nos CV pour se foutre de nos gueules, ce qui m’avait profondément blessé.
        Je fais de mon mieux pour avoir l’orthographe la meilleurs possible mais, comme le dit fort bien Tancrède, les idées se bousculent dans nos têtes et j’ajouterai que même après deux relectures les fautes n’apparaissent pas à notre esprit.

        Je ne pense donc pas qu’il s’agisse nécessairement d’un manque de bonne volonté ou de rigueur mais simplement le fait d’un cerveau qui fonctionne différemment. Pour ceux que cette réflexion intéresse, il faut savoir que les dysorthographique ou dyslexiques pensent différemment à cause souvent du fait qu’ils sont atteint de trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). C’est du principalement à un gêne parfaitement normal mais qui se fait rare à cause de la sédentarisation des hommes (c’est le gêne du chasseur cueilleur).

        C’est dans notre nature mais cela ne fait pas de nous des gens imparfait, mais simplement différents, prompte à avoir des idées et à faire preuve d’ingéniosité à tout moment (si notre cher Tancrède se retrouve dans ce que je viens d’exprimer ? ).
        Enfin, ceci dit, si j’avais cette faculté de ne pas faire de fautes à l’instar de Lucien, je proposerai volontiers mon aide dans la correction des articles de ce blog. Qu’en pensez vous Monsieur Rouvère ?
        Salutations à tous,

        Frite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s