Les Pussy Riot : Des agitatrices au service du grand Kapital

Nadejda Tolokonnikova, une des hystériques du groupe Pussy Riot à dénoncé un procès de type stalinien.

Nadejda Tolokonnikova la féministe qui est mariée MDR !

C’est à mourir de rire. Celle qui arbore un T-Shirt « No Passaran », symbole des ligues de l’extrême gauche internationaliste se plaint d’un « procès stalinien à son égard ». Ahahah !

Les Liens entre Extrême-gauche antifa, la haute finance et le sionisme.

C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. En effet, cette agitatrice professionnelle, rémunérée par le milliardaire juif Georges Soros, se croyait au dessus des lois et surtout la malheureuse pensait jouir d’une immunité quasi diplomatique grâce à son sponsor et à ses ramifications mafieuses dans tous les cercles d’influence. Les photos de cet article ont le mérite de démontrer clairement les liens existants entre certaines ligues d’extrême-gauche, notamment les groupes antifa (antifascistes) qui arborent les mêmes symboles (poing levé façon communiste et leitmotiv No Passaran cubain) et ont les mêmes méthodes d’agitation/propagande (Agiprop), avec la mafia financière des Soros et consorts.

Ces groupes se distinguent pas leur haine de tout mouvements nationaux, des églises, mais seulement chrétiennes et musulmanes et par leur soutien inconditionnel à Israël.

Les provocations multiples faites en Occident où les pouvoirs sont mous, où la justice, à travers le syndicat de la magistrature et surtout les médias, sont tout acquis à l’extrême gauche et à ses méthodes de provocation / subversion, ont permis aux PR d’agir en toute impunité, notamment en profanant des églises en France.

Seulement, elle sont allées un peu trop loin ou bien peut-être ont-elles été sacrifiées délibérément par leur mentor. En Russie, il y a un homme fort qui a déjà mis au pas une partie des coreligionnaires de Monsieur Soros, oligarques mafieux qui ont fondé leur pouvoir au début des années 90 quand l’URSS a rendu l’âme, en pillant les richesses du pays avec la complicité des réseaux de la  finance internationale apatride.

A l’issue de leur procès, on sait que les Pussy Riot ont été condamnées à la prison pour profanation d’un lieu de culte.

Aussitôt a machine de propagande sioniste s’est mise en route, relayant et déformant les faits comme toujours. Ils ont donné une large audience aux « People » du show-biz dont la sataniste lubrique sur le retour Madonna.

Après 1 an de camp de travail, la jolie Pussy n’en peut plus. C’est qu’il faut travailler dans un camp de travail ça paraît normal. Ce n’est pas comme en France où l’on peut faire du body building tout en continuant à dealer de la drogue sous l’oeil bienveillant des gardiens de prison. Mais Nadejda n’a pas l’habitude de travailler. Montrer ses seins en public dans le monde entier ne prépare pas forcément à la fatigue générée par une dure journée de labeur comme le vivent chaque jour le commun des ouvrières. Du coup, l’égérie a entamé une grève de la faim le 23 septembre et le 27 elle était déjà transportée à l’hôpital. On a connu chez les femmes Russes et Ukrainiennes, comme le narre si bien le beau Léon (Léon Degrelle), des soldates soviétiques plus résistantes et plus déterminées durant la seconde guerre mondiale et qui enduraient bien mieux les privations.

Cet article, publié dans Subversion des peuples, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Pussy Riot : Des agitatrices au service du grand Kapital

  1. Ping : Les Pussy Riot des agitatrices au service du grand Kapital

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s